Actu

Dix ans de coup de pouce à des villes jeunes et dynamiques

22. 03. 2018

Par Kristen Aigro, Membre du Conseil d'administration, Forum européen de la Jeunesse

2018 est une année spéciale pour le Forum européen de la Jeunesse. Cela fait dix ans que nous avons introduit le titre prestigieux de Capitale européenne de la Jeunesse (CEJ). D'année en année, des villes européennes ont été en lice pour l'obtention de ce titre pour leur ville. Elles veulent toutes être la Capitale européenne de la Jeunesse. Elles veulent toutes placer les jeunes au coeur du niveau local.

Une étape clé comme un dixième anniversaire est le moment idéal pour faire le point : quel rôle jouent les villes dans la construction du projet européen ? Pourquoi faut-il que les autorités locales et régionales collaborent davantage avec les jeunes ? Comment responsabiliser les jeunes pour qu'ils deviennent des membres actifs de leur société? Ce sont des questions qui ont guidé les jeunes et les organisations de jeunesse de toute l'Europe en  2007 lors du Conseil des Membres du Forum Jeunesse. Ils ont adopté la "résolution sur une Capitale européenne annuelle de la Jeunesse". C'est à ce moment-là que le titre a vu le jour. Les questions débattues par les jeunes à l'époque sont toujours d'actualité, si pas plus. 

Le discours de motivation avant de poursuivre 

Le titre de "Capitale européenne de la Jeunesse" est décerné à une ville européenne pour un an. La ville se voit offrir la chance d'illustrer, grâce à un programme aux multiples facettes, sa vie et son développement culturels, sociaux, politiques et économiques en relation aux jeunes. L'initiative de la CEJ encourage la mise en oeuvre de nouvelles idées et de projets novateurs liés à la participation active des jeunes à la société, et elle cherche à incarner un modèle  pour le plus grand développement des politiques de jeunesse dans d'autres municipalités européennes. 

Une petite balade sur le chemin des souvenirs

Rotterdam a été la première Capitale européenne de la Jeunesse suivie par beaucoup d'autres depuis ces dix années d'existence du titre. Au fil des ans, des municipalités travaillant main dans la main avec les jeunes sont devenues des acteurs du changement dans leurs communautés et au-delà : partout en Europe, Turin, Anvers, Braga, Maribor, Thessaloniki, Cluj-Napoca, Ganja, Varna et Cascais sont devenues des championnes pour les jeunes, tandis que Novi Sad et Amiens attendent leur tour pour accueillir le fameux titre. 

Mais…pourquoi la Capitale européenne de la Jeunesse ?

En 2007, des animateurs de jeunes de toute l'Europe ont ressenti le besoin de renforcer la relation entre les  institutions européennes et le niveau  local autour d'objectifs communs pour la politique de jeunesse. Comment responsabiliser les jeunes, stimuler la participation des jeunes et renforcer l'identité européenne ? Ces dix dernières années, le titre de CEJ a atteint des sommets insoupçonnés en créant de nouveaux mécanismes participatifs pour les jeunes pour qu'ils contribuent de manière significative aux processus décisionnels, en permettant aux jeunes de mieux expérimenter et comprendre ce que cela implique d'être Européens, en construisant des infrastructures bénéficiant non seulement aux jeunes mais à l'ensemble de la communauté pour n'en citer que quelques-uns. Evidemment, le travail à accomplir pour donner plus de place aux jeunes dans les villes européennes est loin d'être achevé. 

Dix ans plus tard, et tant à accomplir encore 

Il faut que les changements engendrés par la CEJ atteignent tous les jeunes d'Europe. Malgré que la génération actuelle des jeunes soit la plus pro-européenne, de nombreux jeunes ne voient toujours pas l'intérêt d'être Européens et n'ont qu'une très faible connexion à l'identité européenne. Il est  indispensable de continuer à encourager la citoyenneté européenne basée sur des valeurs comme la liberté, la démocratie et le respect des droits humains.  Le premier niveau où il faut agir est le niveau local, le plus proche des jeunes. 

Une partie intégrante de la citoyenneté européenne est une participation active des jeunes aux niveaux local, national et européen. Dans le cadre de la CEJ, des organisations de jeunesse coopèrent avec des municipalités. Ils créent des opportunités pour la jeunesse organisée et non organisée de prendre part aux processus décisionnels, d'apporter leurs idées à la table des négociations, de discuter avec des fonctionnaires et d'engendrer un changement positif dans leurs communautés. 

Bonnes pratiques : Com'On Europe 

L'un des plus récent exemple de telles pratiques est le projet  "Com’On Europe" entrepris par le Réseau des Capitales européennes de la Jeunesse qui réunit des CEJ passées, la CEJ actuelle et les futures CEJ en vue de faciliter l'échange de bonnes pratiques.  Com’On Europe est un projet sur une budgétisation participative pour la jeunesse, où les jeunes peuvent non seulement présenter leurs idées sur les postes où une partie de l'argent public doit être dépensée mais aussi voter et avoir le pouvoir de décision. Ce sont là des efforts  admirables fournis par les CEJ pour continuer à travailler pour et avec les jeunes et leur permettre de véritablement contribuer à des développements positifs au niveau local et pas seulement. Ce n'est là qu'un exemple des nombreux projets que les anciennes CEJ continuent de mettre en oeuvre pour la jeunesse à travers l'Europe.  

L'avenir du titre de Capitale européenne de la Jeunesse 

Le titre de CEJ veut un impact et une légitimité de longue durée qui amènent un changement structurel dans l'esprit des politiciens, des institutions et des jeunes. A long terme, la CEJ aide différents acteurs, mais principalement les jeunes, à s'identifier davantage comme Européens, à les responsabiliser en tant qu'acteurs au sein de leurs communautés, à s'ouvrir aux différences; elle connecte les jeunes à travers les frontières, les met au défi et leur permet de vivre des tas d'expériences. Tout cela fait partie du développement social, économique, culturel et politique que le titre a apporté aux villes depuis déjà dix ans et qu'il continuera d'apporter à l'avenir. 

Qu'y a-t-il au programme des CEJ pour les cinq, dix, voire vingt prochaines années ? On compte près de  200.000 autorités locales et régionales dans 47 pays membres du  Conseil de l'Europe, alors bien évidemment nous avons l'intention d'atteindre davantage de villes européennes, car il est des avantages incommensurables que le titre apporte aux municipalités, à leurs jeunes, et au reste de l'Europe. Ce n'est pas uniquement le titre, même le processus de demande pour devenir CEJ contribue en soi à des développements positifs au niveau de la ville en termes d'amélioration des mécanismes pour la participation des jeunes, en appliquant des objectifs européens communs en lien à la politique de jeunesse, en libérant l'activisme des jeunes, en établissant des partenariats et des réseaux d'une valeur inestimable aux niveaux  local, national et international, et en rehaussant le profil de la municipalité aux yeux de parties prenantes institutionnelles clés et du public en général. 

Le laboratoire local pour la participation des jeunes 

La Capitale européenne de la Jeunesse continuera d'être un laboratoire pour la participation des jeunes où les villes et les jeunes de toute l'Europe sont encouragés à appliquer les bonnes pratiques existantes à leur contexte local mais surtout à faire preuve de créativité et d'innovation dans le développement de nouveaux modes de participation et d'engagement pour les jeunes, en vue de créer un changement positif pour eux-mêmes, mais aussi d'être une source d'inspiration pour d'autres villes à travers le continent.

Dix ans après, nous nous souvenons de tout ce qui a été réalisé pour et avec les jeunes dans les villes qui ont détenu le titre de CEJ. Cela s'est avéré plus positif que nous l'espérions et cela amplifie les enjeux pour aller de l'avant, faisant de cet anniversaire un moment où l'on espère que les dix prochaines années libéreront encore davantage le potentiel de  redorer le blason de la jeunesse (#YouthUp) dans les villes à travers l'Europe.