Actu

L’équité sociale pour les jeunes : un droit ou une recommandation ?

14. 03. 2018

Des emplois précaires, des stages non réglementés, une absence de protection sociale; voilà quelques-unes des réalités et difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés dans leur transition vers le marché du travail. Le nouveau « train de mesures pour l’équité sociale » publié hier, le 13 mars, est la proposition de la Commission européenne sur la façon dont l’Europe peut aborder ces problèmes et mieux appliquer le Socle européen des droits sociaux.  

Dans le cadre de ce train de mesures, la Commission européenne a inclus une proposition de recommandation de l’UE sur l’accès à la protection sociale, et une proposition d’Autorité européenne du travail (AET). Bien que le Forum Jeunesse soit favorable à ces deux initiatives, nous craignons qu’elles ne suffisent pas à pleinement protéger les droits des jeunes ni à empêcher qu’ils soient laissés pour compte sur le marché du travail.  

L’AET veut faciliter la mobilité de l’emploi en fournissant aux travailleurs comme aux employeurs des informations centralisées sur leurs droits et  obligations; et lutter contre la fraude et les abus, souvent liés à un manque de transparence. 

De la même manière, la proposition de la Commission européenne pour une Recommandation du Conseil sur l’accès à la protection sociale est également un pas dans la bonne direction. Le Forum Jeunesse a régulièrement insisté pour que l’UE aborde les lacunes dans l’accès à la protection sociale et pour que le modèle social européen s’adapte à la réalité des jeunes. Nous déplorons toutefois que cette action de l’UE survienne sous forme de recommandation qui n’est pas légalement contraignante. Sans la volonté politique des gouvernements nationaux, cette recommandation pourrait faillir à se traduire dans la réalité.  

De plus, la définition du « travailleur » utilisée dans la proposition reste floue. Il est fondamental que les stages, les apprentissages et ceux qui font un travail non rémunéré soient également couverts par la recommandation, sinon les jeunes qui font des stages non rémunérés, par exemple, pourraient tomber à travers les mailles du filet. 

L’accès à des conditions de travail équitables doit être perçu comme un droit et non comme une requête. Néanmoins, il s’agit d’une étape essentielle vers la reconnaissance et la considération des nouveaux défis qui apparaissent en raison de la nature changeante du travail. Nous demandons aux Etats membres de collaborer pour garantir que la recommandation ait un véritable impact sur la vie des citoyens et en particulier sur celle des jeunes. 

Le Forum Jeunesse continuera de suivre les prochaines étapes des processus institutionnels et de veiller à ce que les lacunes soient abordées pour qu’aucun jeune ne soit laissé pour compte.