[BLOG] La démocratie contre-attaque !

par Kristen Aigro

 twitter @kristenaigro

chut…pas de bruit, la démocratie dort

Quand avez-vous voté pour la dernière fois à une élection ? L'année dernière? Le mois dernier ? Jamais ? 

Si vous avez répondu jamais, vous n'êtes certainement pas les seuls. Si vous êtes jeunes, il y a des chances que les probabilités que vous ne votiez pas soient solides. C'est un fait qui nous est présenté de temps en temps dans des statistiques qui ressemblent beaucoup à des résultats d'élection pour un club de foot. "Regardez, les jeunes sont (encore) les derniers au classement.”

La relation bancale entre les jeunes et les urnes n'est pas vraiment une nouveauté non plus. C'est un phénomène qui a été réfléchi et analysé à moult reprises. Tapez "jeunes" et "élection" sur Google et vous trouverez des centaines d'articles qui tentent d'expliquer toutes les raisons possibles au fait que les jeunes échouent constamment à leur devoir électoral. Sommes-nous vraiment une génération perdue d'électeurs ? 

On compte environ 3,5 milliards de jeunes, ce qui représente plus de la moitié de la population mondiale. Nous sommes, ou devrions être, une majorité décisive lorsqu'il s'agit de façonner le monde dans lequel nous vivons. Pourtant, l'influence potentielle de notre génération sur les résultats des élections ne se traduit jamais assez en votes réels - qu'il s'agisse du niveau local, national ou même européen. Dans l'esprit de nos dirigeants politiques, cela nous déclasse de leurs priorités de campagnes, manifestes ou décisions politiques. En dépit de tout cela, je suis ici pour vous prouver que les jeunes doivent toujours être considérés comme une force à ne pas sous-estimer.  Voici pourquoi.

Ne demandez pas ce que les jeunes peuvent faire pour la démocratie, mais plutôt ce que la démocratie peut faire pour les jeunes. 

Les jeunes sont confrontés à des difficultés et à des obstacles considérables en raison de leur âge. Ils sont notamment les plus exposés aux conditions de travail précaires, à la pauvreté, et au manque de logement adéquat pour n'en citer que quelques-uns. Cela s'ajoute à d'autres formes de discrimination dont ils peuvent être victimes en raison de leurs différentes identités, qu'elles soient raciale, ethnique, linguistique, de genre, ou autres. 

On pourrait donc vous pardonner si, en tant que jeune, vous aviez "la citoyenneté active" et "l'engagement politique" au bas de votre liste de priorités. C'est encore moins motivant lorsque vous avez le sentiment que vos représentants élus ne vous entendent pas lorsqu'ils entreprennent des actions pour aborder vos besoins, vos espoirs, votre avenir ou vos difficultés à accéder à vos droits. 

On pourrait penser que la solution toute simple serait que les jeunes se réveillent et sentent l'odeur du café : ils doivent être plus actifs et s'engager dans ces politiques institutionnelles et processus décisionnels pour augmenter leur influence politique, et s'ils veulent qu'on les écoute. 

Ce n'est pourtant pas aussi facile.

Si nous voulons commencer à reconstruire le système démocratique pour qu'il convienne à la réalité d'aujourd'hui; un système qui soit prêt à affronter les défis futurs d'une manière plus durable, il faut d'abord qu'il aborde les problèmes de déséquilibre de pouvoir et qu'il offre un moyen sensé de participer à celles et ceux qui sont et qui se sentent exclus de la vie démocratique, y compris les jeunes. 

La fin de la démocratie telle que nous la connaissons ? 

via GIPHY

Nous devons changer le status quo.  Plutôt que de confier tout le pouvoir décisionnel aux fonctionnaires élus - susceptibles de prioriser les politiques qui engendrent des gains politiques à court terme- un système démocratique revitalisé doit également permettre que les besoins des générations futures soient considérés. Ils ne sont peut-être pas encore nés mais ils seront certainement affectés le plus par de mauvaises politiques et décisions prises aujourd'hui. 

On peut dire que la démocratie semble s'être reposée sur ses lauriers pendant trop longtemps et qu'elle a oublié que sa raison d'être et sa propre légitimité dépendent de son écoute des citoyens - et de tous les peuples, de tous les groupes, et pas seulement des quelques privilégiés qui sont les plus bruyants. 

Un nouvel espoir !

Contrairement aux idées fausses et populaires sur "la jeunesse apathique", les jeunes utilisent leur créativité et leur innovation pour choisir comment ils s'engagent dans le processus politique. La participation accrue des jeunes dans des formes alternatives d'action politique, y compris le fait de signer une pétition, de manifester, de boycotter ou de soutenir certains produits et marques démontre que cette génération de jeunes s'intéresse à la politique - peut-être plus que jamais auparavant. 

En d'autres mots, choisir de rester à l'écart des formes plus établies et reconnues de démocratie comme le vote ne doit pas être considéré comme la réalité. 

De la budgétisation participative aux assemblées citoyennes ou au tirage au sort (sélection de fonctionnaires parmi des groupes de citoyens au hasard), on ne compte plus les histoires à succès qui sont parvenues grâce à l'innovation, à revitaliser la démocratie et à ramener les jeunes à bord. Il faudrait que cela devienne la norme et pas seulement quelques cas isolés d'une poignée de politiciens progressistes. Et ce changement doit se produire maintenant, à tous les niveaux de la gouvernance. 

Le retour des jeunes 

L'Envoyée pour la jeunesse du Secrétaire général de l'ONU,  Mlle Jayathma Wickramanayake: “Les jeunes peuvent être une force pour la démocratie". 

Le programme pour le développement durable à l'horizon 2030 reconnaît les jeunes comme de "puissants agents du changement". Mais pour qu'ils puissent jouer ce rôle actif ils ont besoin du soutien adéquat, d'institutions politiques motivées, et des outils appropriés. 

Ce n'est que lorsque ces conditions seront réunies que les jeunes pourront jouer un rôle majeur dans la construction de nouveaux systèmes démocratiques, durables, parés pour l'avenir, et devenir les héros de la démocratie dont nous avons tous besoin. 

Cet article fait partie d'une série sur certaines des choses qui doivent changer pour un avenir durable, et sur le rôle des jeunes dans ce processus.

Suivez  #ChangetheGame! 

 

Nos autres blogs:

Pourquoi faut-il se soucier du développement durable ? 

Pas un autre article “AAAH! les robots nous volent nos emplois!!!!” 

Ce monde n'est pas égal, mais doit-il l'être? 

La vie en plastique - est-ce vraiment fantastique? 


 

A propos de Kristen Aigro, membre du Conseil d'administration du Forum européen de la Jeunesse

Kristen étudie l'Histoire contemporaine et la Philosophie à l'Université de Tartu, où elle était membre du Conseil des Etudiants et de la Société des relations internationales. Depuis 2014 Kristen fait du volontariat en tant que chargée internationale du Conseil national estonien de la Jeunesse. 

Besoin d'entrer en contact?

general phone line: +32 2 793 75 20
fax: +32 2 893 25 80
e-mail: youthforum@youthforum.org
Adress:
Rue de l’Industrie, 10
1000 Brussels
Belgium

Plus d'informations ici.