Actu

Ouvrir notre espace à la Journée internationale des femmes

06. 03. 2020

Par Carina Autengruber, Présidente du Forum européen de la Jeunesse 

Lorsque l’on parle de représentation, il existe énormément de façons d’interpréter ce que nous voulons dire. Parlons-nous de représentation politique au sein de nos parlements ou institutions ? Quid de la représentation au sein de notre société au sens plus vaste ? Qui, ou quoi, doit être représenté, et où? 

Nous essayons souvent de trouver la réponse à ces questions dans nos démocraties. Nous choisissons les personnes qui selon nous doivent nous diriger. Nous tentons d’ouvrir nos sociétés à des points de vue, cultures et idées divers. En théorie, tous les citoyens et citoyennes ont accès et la possibilité de participer à la vie politique et civique. Néanmoins, si l’on observe la réalité de la représentation dans beaucoup de domaines de la vie, nous constatons des déséquilibres dans le pouvoir qui font que certaines personnes ont finalement plus d’accès et d’opportunités que d’autres, et c’est là un sérieux problème.  

Tandis qu’une nouvelle Journée internationale des femmes était célébrée à travers le monde ce mois-ci, nous sommes confrontés à des faits et chiffres cruellement démoralisants sur la représentation des femmes, et en particulier des jeunes femmes, dans les rôles décisionnels et les positions de pouvoir et d’influence. Evidemment, il existe aussi de nombreux exemples de jeunes femmes qui s’expriment, mais dans l’ensemble, les progrès sont lamentablement lents, et dans certains cas nous avançons à reculons. Espérer et attendre qu’un plus grand nombre de femmes émergent comme représentantes officiellement reconnues au fil du temps ne fonctionne pas. 

Les systèmes, normes et processus culturels qui nous retiennent n’ont pas été conçus pour nous, ni par nous. Espérer que les jeunes femmes s’adaptent et prospèrent dans ces environnements sans trouver le moyen de s’ouvrir à la titularité et répondre à nos besoins est non seulement naïf mais faux. Que doivent donc faire nos gouvernements et nos dirigeants ? 

Défendre et protéger les espaces civiques 

L’espace civique est d’une valeur inestimable pour la société car il est un moyen d’offrir un dialogue et une interaction gratuits et ouverts avec les autres. Les avantages de permettre à ces espaces de prospérer sont multiples, pas uniquement pour les individus ou les groupes impliqués mais aussi pour nos démocraties au sens large. Les effets surprenants de ricochet peuvent être perçus dans la façon dont la participation citoyenne se développe, dont les communautés marginalisées sont habilitées à s’exprimer, et dont les informations peuvent être partagées librement, améliorant la qualité de la vie.

En tant que Présidente du Forum européen de la Jeunesse, j’ai le privilège d’observer les résultats et l’impact positifs sur les organisations de jeunesse qui utilisent ce type d’espace civique au quotidien pour rassembler des jeunes de milieux différents. Les jeunes femmes sont en grande partie des moteurs de ces organisations qu’elles utilisent en tant que plates-formes pour s’exprimer. Si on ne nous donne pas de scène pour nous représenter et représenter les autres, nous en construirons une nous-mêmes ! 

Cependant, ce qui pourrait être vu comme une amorce pour les groupes marginalisés comme les jeunes femmes pour mieux représenter leurs besoins, préoccupations et expériences dans la société, est au lieu de cela complètement sous-estimé et dans certains cas même supprimé. Ces dernières années, la tendance au rétrécissement de l’espace civique s’est progressivement intensifiée. Des obstacles bureaucratiques, des restrictions financières et des exigences de rapport disproportionnées ont fait que les organisations de jeunesse et les autres organisations de la société civile luttent parfois simplement pour exister. Ces environnements hostiles étouffent les voix que nous devons entendre le plus. 

Nous gouvernements et décideurs ont pour responsabilité et devoir de garantir que nos démocraties travaillent pour tout le monde. Pour aboutir à une représentation plus égale des femmes et d’autres groupes, il n’est pas de meilleur endroit pour commencer que des espaces prônant l’auto-organisation, l’auto-détermination et la solidarité collective. De là, les groupes traditionnellement sous-représentés peuvent façonner l’avenir dans lequel ils croient. La protection de nos espaces civiques est fondamentale si l’on veut aboutir à une meilleure représentation, une meilleure inclusion et une meilleure démocratie. 

 

 

Besoin d'entrer en contact?

general phone line: +32 2 793 75 20
fax: +32 2 893 25 80
e-mail: youthforum@youthforum.org
Adress:
Rue de l’Industrie, 10
1000 Brussels
Belgium

Plus d'informations ici.