Actu

Réponse de la jeunesse à la Résolution du Parlement européen sur le Covid-19

20. 04. 2020

Le 17 avril 2020, le Parlement européen a adopté une Résolution sur la façon dont l'Union européenne peut coordonner ses actions en traversant la crise du Covid-19 et ses conséquences.

Le Forum européen de la Jeunesse accueille favorablement cette résolution qu'il considère comme un pas vers un monde post-crise plus équitable et plus durable. Elle tient compte de plusieurs facteurs qui sont vitaux pour les jeunes et les organisations de jeunesse, tels que la protection sociale, l'emploi, l'environnement, les droits humains et l'espace civique. Plus important encore, elle souligne le besoin d'importants investissements pour réaliser ces objectifs. Il incombe donc à présent aux dirigeants européens de faire preuve d'ambition pour répondre au Parlement européen et présenter un plan de redressement qui ne laisse personne pour compte. Les inégalités sociales et économiques profondes qui existaient il y a des mois n'ont été qu'exacerbées par la crise actuelle. Le simple fait de ramener notre société au stade où elle se trouvait avant ne doit pas être envisagé comme une solution à long terme.

Mais que dit exactement la résolution du Parlement européen, et que pourrait-elle signifier pour les jeunes ? 

Le Parlement européen propose un train massif de mesures de redressement et de reconstruction pour soutenir l'économie européenne. Cela impliquera une augmentation du prochain budget de l'UE à long terme (CFP). 

 

Notre réponse : Nous convenons que l'augmentation du Cadre financier pluriannuel de l'UE sera essentielle pour prévenir l'impact social et économique à long terme de la crise. La situation est de plus en plus urgente à travers l'Europe, par exemple, en Espagne uniquement, où 800 000 emplois ont été perdus le mois dernier. 

Cependant, la mise en oeuvre de ce train de mesures de redressement doit se faire tout en protégeant les engagements actuels du CFP 2021-2027. Pour pouvoir construire une Europe plus sociale et plus durable, le Forum Jeunesse demande une augmentation du CFP et que ce processus se voie accorder une priorité et qu'il soit accéléré par la Commission européenne et le Conseil européen. Aujourd'hui plus que jamais, les décideurs ne peuvent se permettre d'opérer des coupes dans des programmes sectoriels essentiels, tels que le Programme "Droits et Valeurs" ou le Programme phare de l'UE Erasmus+ qui jouent un rôle déterminant pour garantir la vie démocratique dans l'UE. 

 

Le Parlement européen a souligné que le redressement et la reconstruction doivent être basés sur un Green Deal (un contrat vert) axé sur la transformation numérique.

 

Notre réponse : Nous devons envisager le redressement comme une opportunité de changement systémique de notre système économique - en plaçant l'égalité et la durabilité au-dessus du profit et de l'exploitation. De la sorte, nous pourrons nous diriger vers une économie qui contribue au bien-être social et environnemental. Utiliser le prétexte de la crise pour reporter ou assouplir les cibles climatiques de l'UE serait une grave erreur. 

 

Le Parlement européen a souligné que la crise impacte non seulement la santé des citoyens et citoyennes, mais qu'elle a également un impact financier sur les travailleurs, les employés, les indépendants et les entreprises. Il veut veiller à ce que la Commission européenne et les Etats membres placent les droits sociaux, les conditions de travail et la sécurité de l'emploi au coeur du redressement en accordant une attention particulière aux travailleurs précaires.  

 

Notre réponse : L'Organisation internationale du Travail a calculé que les jeunes seront touchés de manière disproportionnée par la crise dans le marché du travail. Nous savons que s'il y a une diminution de la demande de travail, les jeunes sont souvent les premiers à être licenciés. De plus, les jeunes sont souvent employés dans des postes précaires ou sous-employés dans des secteurs confrontés à des difficultés diverses pendant la crise. Par conséquent, nous ne pouvons malheureusement que nous attendre à une augmentation du chômage des jeunes. 

Nous demandons à l'UE et aux Etats membres de mettre des mesures en place pour empêcher que les résultats de la crise financière mondiale de 2008 se répète. Nous attendons de la part des Etats membres et de l'UE qu'ils accordent une priorité à des normes du travail élevées pour garantir que la qualité de l'emploi prime sur les bénéfices à court terme des lois du travail assouplies. Nous demandons aussi que la réforme des systèmes de protection sociale prévoie un filet de sécurité pour tous. Nous demandons que la législation évite la discrimination qui empêche aux jeunes d'accéder aux programmes de protection sociale, aux allocations chômage et au salaire minimum. 

 

Le Parlement européen demande une Stratégie de lutte contre la pauvreté, une Garantie européenne pour l'enfance, et une analyse par genre de toutes les réponses pour compléter la mise en oeuvre des mesures de redressement. 

 

Notre réponse : Nous sommes ravis que le Parlement européen reconnaisse l'importance de protéger les droits sociaux dans le cadre du processus de redressement ainsi que les politiques économiques.  Nous demandons aux institutions d'en faire davantage et de garantir la protection des droits des jeunes pendant la réponse à la crise, ainsi que ceux d'autres groupes affectés de manière disproportionnée tels que les femmes et les personnes handicapées. Un manque de soutien dans ces moments cruciaux pourraient avoir des conséquences préjudiciables et d'une grande portée, non seulement pour les individus, mais pour la société au sens large.

 

Dans cette Résolution, le Parlement européen souligne une fois de plus l'importance de la Charte des Droits fondamentaux et de l'Etat de droit, en particulier dans l'introduction des mesures d'urgence en réponse à la crise. 

 

Notre réponse : Le Forum européen de la Jeunesse n'aura de cesse de défendre l'accès aux droits et l'Etat de droit. Les récentes réponses des Etats membres à la crise, telles que la nouvelle législation introduite en Hongrie constituent une violation directe des droits et des libertés fondamentales. De tels développements démontrent la responsabilité des Etats membres de garantir que les droits des citoyens et citoyennes de l'UE soient sauvegardés. Nous demandons à l'UE de prendre des actions fermes et décisives pour garantir qu'il y aura des répercussions à cette violation des principes communément acceptés par l'UE et à ce détournement de la situation de crise. 

Et ensuite ? 

Alors que l'UE commence à élaborer une réponse commune et unifiée aux conséquences dévastatrices de la crise du COVID-19, nous demandons aux dirigeants politiques de reconnaître que sans un investissement et une ambition convenables, nous courons indubitablement le risque de délaisser encore davantage de personnes et d'accentuer les divisions contre lesquelles nous luttons et que nous souhaiterions voir disparaître depuis si longtemps. 

Après la crise économique de 2008, les jeunes générations s'étaient déjà trouvées en première ligne comme le groupe le plus susceptible de souffrir de pauvreté et d'exclusion sociale. Nous demandons  à tous les dirigeants politiques de tenir compte des préoccupations des jeunes dans leurs plans de redressement et de collaborer avec les jeunes et les organisations de jeunesse pour protéger nos droits, notre planète et notre avenir. 

Besoin d'entrer en contact?

general phone line: +32 2 793 75 20
fax: +32 2 893 25 80
e-mail: youthforum@youthforum.org
Adress:
Rue de l’Industrie, 10
1000 Brussels
Belgium

Plus d'informations ici.