Actu

Soldes d’été : 50% de remise pour les jeunes… oh non... attendez...!

18. 07. 2018

C’est ce moment de l’année où le soleil brille sur Bruxelles, les vacances pointent le bout de leur nez, et les soldes d’été ont commencé. Cette fois, il y a même des réductions de 50% pour les jeunes !

Nous aimons tous faire de bonnes affaires pendant les soldes. Mais attendez… Cette ristourne ne sera d’aucun bénéfice pour les jeunes. En fait, cette coupe aura un impact direct sur l’accès des jeunes à l’éducation, à l’inclusion sociale et à l’emploi. Cela n’a rien à voir avec la bonne affaire que nous espérions.

Comment est-ce possible, vous demandez-vous? Eh bien, comme vous le savez sans doute, la Commission européenne a récemment publié sa proposition pour le Fonds social européen plus (FSE+) qui couvre les investissements dans des domaines clés pour les jeunes. La proposition inclut une exigence selon laquelle tous les Etats membres de l’UE qui comptent un taux moyen de jeunes sans emploi, ne suivant ni enseignement ni formation (NEET) au-dessus de la moyenne doivent réserver des ressources pour s’attaquer au chômage des jeunes, y compris en mettant en place la Garantie pour la jeunesse.

D’accord, c’est une bonne première étape pour constituer des réserves. Il est évident que l’Union européenne est tout à fait consciente que le chômage des jeunes est toujours un problème en Europe et qu’il devra être abordé sous le prochain budget de l’UE (2021-2027). La question clé est de savoir s’il est suffisant d’accumuler des réserves. Pour faire court, la réponse est non.

Comment en sommes-nous arrivés à cette conclusion? Sous le budget actuel de l’UE, l’initiative pour l’emploi des jeunes et le Fonds social européen allouent  8.8 milliards € à 20 Etats membres (et régions) où le chômage des jeunes est particulièrement élevé (voir ici comment se porte votre pays!). Dans le prochain budget, si les choses ne changent pas lors des négociations qui nous maintiendront occupés pendant les deux prochaines années, beaucoup moins d’argent sera investi pour soutenir les jeunes à accéder au marché de l’emploi. Et par beaucoup moins nous voulons dire quasi moins de la moitié des montants investis aujourd’hui.

D’après nos analyses, environ 9 Etats membres seulement seront dans l’obligation d’investir en faveur des jeunes, pour un total de 4,3 milliards €. Voir notre analyse approfondie ici.

Bien qu’il soit véridique que l’initiative pour l’emploi des jeunes était une mesure d’urgence pour contrecarrer les conséquences immédiates de la crise économique et financière, le chômage des jeunes est toujours deux fois plus élevé que la moyenne de l’UE pour la population globale, avec des différences notables au niveau national. Il est donc très important que cela reste une priorité dans le prochain budget de l’UE également. Nous demandons à l’UE d’accroître l’investissement en faveur de l’emploi des jeunes à au moins  23 milliards €, parallèlement à un soutien accru via les budgets nationaux.

Les prochains mois et années seront essentiels pour l’avenir de l’Europe, et les jeunes ont un rôle primordial à jouer : nous sommes prêts à aider l’Europe à aboutir au changement nécessaire, mais si on nous demande d’investir dans l’Europe, alors nous voulons que l’Europe investisse dans ses jeunes.

En lire plus ...